Her Phantom Prince

He wants her and doesn’t want her. He needs her as a shoulder to cry on when is is scared of his demons and has no one else to confide into. He is ashamed of his dark desires but at times his secrets are too much of a burden for him to bear. His irresistible impulses, his unholy drives… She is the only one who can help him keep his delusion of sanity. Sometimes he fears he might hurt her. She is so frail, so fragile, so innocent… She really has no clue. But he thirsts for blood, fresh blood, and the Night is his natural habitat. He does not feel too much remorse after his actions, mainly a sense of relief as his lust has been satiated. He may feel some regret after each kill, panic and fear of getting caught. At times he believes himself to be godlike and invincible, at other times  he just feels a sense of terror and unreality. Then he needs to phone her even in the middle of the night, just to her her soothing voice, grounding him back to a normal life if only for a little while. He is an old Presbyterian at heart and believes himself cursed. There can be no mercy, no forgiveness for him, no pardon for his sins, no unburdening of the heart. Only she can offer him some temporary solace. She holds him against her chest, they kiss and cry together. She asks him where he has been during his increasingly frequent absences, he says he cannot tell her or makes up some more lies. What else could he do? He cannot bear the thought of losing her even though he is lost to himself.

His craving for blood is stronger than anything. He will prowl the streets at night, waiting for the next available prey, a young woman with long dark hair, full of life, full of hopes and expectations. He knows he holds the power of life and death over her. That is the main thrill. Mastery of other people’s lives is his only form of control.

He cannot tell how much she suspects. She will cry herself to sleep waiting for his return. She is sick with worry and anxiety. She has more doubts than he could possibly imagine, even in his most paranoid moments. She could not handle the truth. Although deep down doesn’t she know the truth already?

Night Train Angel

Leah is standing on the deserted train platform with her rucksack on, trying to warm her hands in her coat pockets and tapping her feet on the ground. The station looks shabby and desolate. She wraps her scarf tightly around her neck. She really shouldn’t have left her flat this late, but she was feeling so depressed and misses her boyfriend Peter like crazy. So that weekend in Paris was a spur of the moment decision. Even if it meant warning her two roommates at the last minute, packing a few belongings in her bag and dragging herself to the nearest cashpoint at midnight. She has withdrawn 200 euros and made her way to the station where she bought a ticket to the City of Lights on the Brive Paris sleeper train. She is on her way to meet her lover. After all, you only live once  and she would just DIE if she couldn’t see Peter the next day, feel the warmth of his skin against her and the softness of his cuddles. All that matters to her now is him, and to hell with her Erasmus studies in that sedate little French town in the middle of nowhere.   Peter and his dark moods, Peter and his uneven temper, Peter who blows hot and cold but also Peter the history graduate who thinks he belongs to another century, who is romantic and passionate, who cooks her nice meals and prefers letters to texts and emails. Although the tone of his letters had become colder recently. He had hinted at another female he had met at a party, who didn’t leave him indifferent. Leah had to respect his freedom as he respected hers. She had cried, then he had told her she was his only true love, distance was the problem. If they could see each other more often, everything would be different. How about a weekend in Paris to talk things over?

” I’ll get a Eurostar ticket and pay for a cosy little hotel. See you very soon my little duck”.

She checks her last messages on her mobile. It is now completely dark and misty. Two cats are meowing in the distance. Their cries are wild, they seem to be fighting. She can also hear some laughter and music from the nearby bars. Some stay open quite late at night. A woman in a short leather skirt approaches the station, stumbling on her high heels.

” Have you got a fag, love?”she asks Leah. A tall bearded man with a wrinkled face and an angry expression comes running after her and grabs her by the arm. Without a word of protest, she follows him back into one the clubs.

Leah can still hear the raucous laughter of the revellers. Maybe she could go and sit somewhere for a coffee, she is so cold…but those places look too seedy and she doesn’t dare. Her train shouldn’t be too long coming anyway.

She has sent a text to Peter and wants to check her messages. She realises her phone battery is dead. Oh no, not now, when she is so desperate to hear from him… She curses inwardly and tears start flooding her eyes. She has never trusted Peter very much. He has always made it very clear he was a free spirit…as she thought she was too until she met him.

” Are you okay?” She turns around and notices the young stranger standing right besides her. She was so absorbed in her own thoughts she had been totally oblivious to his presence. He is slim, has curly dark hair, a nice tan and very white teeth. He is wearing jeans, a baseball cap and a sweathshirt with some American logo.

” You know, you shouldn’t really be hanging around here on your own right now. It´s not a very safe part of the city.”

” I am waiting for my train. Would you mind if I borrowed your phone for a minute? I just need to call my boyfriend. He should be in Paris by now. I have no battery left and I can pay you for the call.”

– No problem, go ahead. As long as you are safe…”

He hands her his mobile. She tries to ring Peter but there is no reply. He smiles.

” Men are all the same, aren’t they? Hey, don’t panic. He’s probably asleep. You’ve got me to look after you now… By the way, what´s your name?”

” Leah.”

” Mine is Karim.” He has an engaging smile. He offers her a rolled up cigarette and they each get a coffee from the vending machine. She feels a bit better now, comforted by his presence and her stomach warmed up.

” Here’s our train. I’m afraid it´s not the TGV.” An ageing Corail Express that has seen much better days comes crawling into the station. Leah and Karim board carriage number 15.

” Mind if we have a little chat together?”he asks her. “I have some weed with me. No one is going to check on us at this time of night”. She agrees, so desperate for a bit of company.

” So where are you off to?”

” Paris. Just for the weekend. I’m supposed to be meeting my boyfriend.”

” Is it really serious between you two?”

She sighs.

” It´s complicated. I don’t think he’s quite ready to commit.”

” Yeah, I know the feeling. My last girlfriend kicked me out.” He hands her a joint.She inhales deeply. He asks her where she comes from, she says Birmingham, England.

” I am studying for a Law Degree. Then I might do a Master’s Degree. I’m only here for a year. What about you?”

” Oh you know, school’s never been my thing I’m afraid. Now I am going to Paris to stay with some mates and look for work. I lived with my brother in Marseille  when I moved from Algeria. I was only a kid. But there was a civil war in my country for a while. And I found it hard to get used to the French school system. I didn’t speak the language very well. And the other school kids were making fun of me and calling me a dirty Arab.”

” You know, I feel a kind of bond between us.” Leah feels more relaxed with the cannabis. “Maybe because in a way we are both foreign, both lonely. And Peter, he is always so uptight…”

” Perhaps you are an angel and are here to save me.”

” Save you from what?”

” Many things”. He stays silent for a while. The train rattles on the track. She leans her forehead on the window and closes her eyes.

He touches her hand gently.

” Is that a cashmere jumper you’re wearing?

” Yes, it was a Christmas present from my parents.”

” Your skin is so soft Leah. Let me warm your hands.”

He caresses her hands and strokes her hair.

” Have you ever fancied someone on a train before?”

” Well, last year I went on a trip to Spain and I took the train to go to Gibraltar. It was the middle of Summer and we were going through the Andalusian countryside. And I met that gorgeous Australian surfer with his tan and sunkissed hair. We could have…but we didn’t. Maybe I am too much of a Victorian after all. I’ve never been able to really let go of my inhibitions. I have always held back… Although I feel a bit different today…

” Amina was my girl. I was really serious about her. We were going to have a baby and everything. I tried to do everything right for her. But nothing was ever good enough. And it was the same with Karen. Thought she was above me. She told me to leave even though I had a good job and had given up drinking. But you… You could be my woman.”

” I’ll try to help you Karim. But it will only be one night…” She lets her head fall onto his shoulder and awaits his reaction. But he seems to be tensing up. She opens her eyes and he is staring at her with an expression of cold contempt.

” So this is it then. Just like the others. You’re all the same, Karen, Amina, all the same stuck up bitches. Just a bunch of dirty sluts.”

They have reached a signal.

“Karim, what is wrong with you?”

” What is wrong with me? I’ll tell you what is wrong with me if you just listen, bitch! No, don’t try to run away, Karen tried and it wasn’t any use…”

” Let me go please. I’ll do anything.”

Leah has tried to make a way for the door but  he has blocked her exit. He yanks her hair and pins her down to her seat. He tries to fondle her breasts. She pushes him away, kicking and screaming in terror. He puts his hand over her mouth.

” Do you know what it feels like to be rejected? No matter how hard you try, women never think you’re good enough for them. Never. And I’ve tried. I’ve really tried… What do you know about life anyway? Well, I’ll show you. I’ll show you a little bit of life…”

She scratches his face and tries to bite his hand. He slaps her.

” Look what you’ve just done to me bitch. You’ve just bitten me Leah. Do you know where Karen is now? She is lying in a bin bag at the bottom of the cellar. No one will ever find her now.”

Leah is begging, pleading for her life. Is it all going to end like this when all of her earlier problems now seem so futile by comparison. They engage in a desperate struggle.  She is just an animal fighting for her survival. He holds her down against the seat, his hands tightening against her throat. She tries to scream one more time but she can no longer utter any sound. She sees blinking lights in front of her and his dark demented eyes as the train keeps hissing.

He feels her going limp in his arms. He kisses and caresses her lifeless body. Quickly he opens the carriage window. He lifts the corpse and throws it out where it crashes at high speed against the rails. He heaves a sigh of relief and lights a cigarette. He glances at his watch. It is now 4.20 am.

 

 

 

Demon Lover

He comes to visit me every night. At first I tried very hard to resist his power but something irresistible drags me back to him over and over again. He is my Master, my Dark Angel, my Demon Lover. He hurts me and tortures me. He loves to degrade and demean me and yet I yearn for his kisses, for the powerful hold he has over me. He wants to master Life and Death and I surrender gladly to his will.

Each of his caresses leaves me weaker and weaker. He preys on my vitality and my vulnerability. He gorges himself on my blood and leaves when his appetite is satiated for he has no heart.

He is depraved and unprincipled. He knows every vice there is to know. His only pleasure is to inflict pain. He is my Prince of Darkness and a whimsical, capricious child. I am his mother, his sister, his lover and his slave.

I dream of him and get restless when he is not around. I await his return, when I will abandon myself wholly to his desires. At times, I long for his rough touch, at other times l just want to hold him in my arms and gently rock him to sleep.

Perhaps his kisses will kill me some day but this is a death I am more than willing to embrace for we depend on each other and I cannot conceive of my existence without him.

My Fallen Angel, my Lucifer, I fear I cannot save you… Then let me just quench your thirst and take me down with you…to everlasting Life or Death.

The drowning girl.

She is lying on a pebbly beach, her dress drenched in salty water. Her hair is matted with lichen. She has tried to swim, swim ashore, and has finally been dumped here, deprived of all her strength. Stokes bay. Gosport. She has been tossed and turned by the waves and swallowed a lot of water. The moon is bright red and huge in the starless sky. She is not dead yet but no longer fighting for her life. She is shivering. Her teeth are chattering. The coming tide will finally cover her body and she will close her eyes one last time on this world that didn’t want her. Or that she was unfit for. She is slowly drifting out of consciousness. Her breathing is raspy and erratic. She is hoping for a sign but none comes. She can smell the sand and the seaweed. She tries to grasp a fistful of sand in her hand and lets it go. She closes her eyes and turns her head away. Soon the seagulls will be picking at her eyes and little fish will enter her mouth.

The foghorn is blaring. It is a forlorn and desolate sound. She feels at peace with herself now, all her illusions gone and her desperate hold on life slipping away. She lets out one last sigh and opens up her big blue eyes to a new dawn on the seaside.

Elise à Deauville (errance amoureuse 8)

Il décida de me sortir le grand jeu: resto, champagne, boîte à la mode, weekend à Deauville parce que le casino ici, c’est un peu ringard. Il n’y a que des mémés avec leurs machines à sous. Je lui dis que je ne le connaissais pas très bien.

– Et alors tu as peur?

– Eh bien, je ne sais presque rien de toi. Tu es peut-être Jack l’Eventreur.

– C’est vrai que j’habite pas loin de son quartier, à Canary Wharf. Mais je t’assure que je n’ai jamais ressenti le désir de découper une fille en morceaux.

– Même pas moi?

Il me regardait en souriant.

– Pour toi, je ferais peut-être une exception… Arrête de prendre cet air de femme fatale.

– Mais ton boulot te plaît?

– Oui, tu sais, c’est passionnant de vivre à Londres.

-Et de travailler dans une banque d’investissement?

– Ça me permet de vivre.

Il riait. Il me parlait de ses loisirs, de sa passion pour la Bretagne et les régates. Il me disait qu’il aimerait bien prendre sa retraite sur la Côte de Granit Rose. Moi, pour l’instant, j’avais plutôt envie de partir…

– Et tu veux te marier? Avoir des enfants?

– J’ai le temps pour ça, non?

– Même avec Marie-Agnès?

– Marie-Agnès, c’est qui?

Je feignis de rire. Je me faisais l’effet d’une grande séductrice. Je ne vais pas  jouer le scénario de l’oie blanche. J’ai aimé une certaine image de l’aisance, du luxe facile. J’ai été cette lycéenne apâtée par les belles paroles, la richesse, tout ce qui brille. Peut-être le suis-je  toujours, avec quelques années de plus…

Le lendemain, il m’emmenait à Deauville. Sur la route, il m’embrassait dans le cou, me disait que j’avais la peau si douce… Dans le grand hôtel avec vue sur la corniche, il me fit couler un bain moussant, me sécha et me massa la peau avec de l’arnica. Il fut un amant tendre et attentionné, soucieux aussi de mon plaisir, mais sans vouloir en faire trop, comme parfois les garçons de mon âge.

Je me blottis dans ses bras

– Je t’aime, je t’aime, je n’ai jamais aimé personne plus que toi…

– Oh Elise, que sais-tu de l’amour? Tu es si jeune…

J’éclatai de rire.

– Et toi si vieux! Tu m’emmèneras à Londres avec toi?

– Je t’emmènerai sur une île déserte si tu préfères. Ou en Patagonie.

Je fis la moue

– Qu’est-ce qu’on ferait en Patagonie?

– On élèverait des moutons.

– Emmène-moi plutôt danser.

– Demain, je t’offre une robe et on ira au casino. Tu me porteras chance, petite gitane.

J’accrochai une rose à mes cheveux et nous partîmes danser. Dans la boîte de nuit je sentais les regards des autres hommes sur moi, et ceux, envieux, de certaines de leurs compagnes, parfois bien botoxées, manucurées et couvertes de bijoux, mais Jean-Marc n’avait d’yeux que pour moi. Je me sentais belle, dotée d’un pouvoir de séduction magique.

Nous allâmes au casino le lendemain. Nous perdîmes de l’argent avec panache. Je bus trop de champagne, et pleurai en m’accrochant à lui sur le chemin de l’hôtel. Il avait décidé qu’une petite marche nocturne me dégriserait mais il s’était mis à pleuvoir et je grelottais dans ma petite robe à bretelles.

– Jure-moi que tu m’aimeras toujours, que tu ne me quitteras pas pour une autre, que tu ne préfères pas Marie-Agnès. Même si ce n’est pas vrai, je veux que tu me le dises ce soir.

Il promit tout ce que je voulais. Il me fit doucement l’amour dans le grand lit douillet. La chambre tournait autour de moi. J’étais ivre et amoureuse.

Puis il fallut partir au matin. Le ciel était maussade. Les mouettes tournaient autour du balcon avec des glapissements que je trouvais lugubre. Nous allions nous séparer, il allait retourner à ses affaires, Marie-Agnès et moi à nos études, prépa Sciences Po pour elle, vague fac d’espagnol pour moi.

Il m’avait promis de m’écrire et se garda bien de le faire. J’avais trop de fierté pour le lui reprocher. Qu’aurait-il pu me dire d’ailleurs? Je t’ai aimée le temps d’un été, un jour tu rencontreras un garçon de ton âge qui te rendra heureuse, ce sera mieux pour toi, tu ne pensais tout de même pas que c’était sérieux, tu n’étais pas mon genre. La fille du juge peut-être, mais Elise la gitane pas assez de classe, manque de pedigree… J’ai enfoncé mes ongles profondément dans ma main et me suis griffée jusqu’au sang. J’ai ravalé mes larmes et ma douleur et me suis promis plus jamais ça.

 

Le premier amour d’Elise (errance amoureuse 7)

Je pense toujours à toi mon tanguero. J’aurais voulu être la première, bien entendu, la seule aussi, cela va sans dire. En amour on ne partage pas, dis-moi, réponds-moi…mon petit chat sauvage tu me disais, mi gatita, ma féline d’amour…

Laisse-moi donc te parler de mes propres aventures qui furent bien moins nombreuses que les tiennes.

J’excluerais presque d’emblée Stéphane, le premier, enfin , celui qui a pris mon pucelage sans obtenir accès à mon coeur. Un gars de la Cité des Eglantines, bagarreur, mauvais genre, bossant aux Ateliers Municipaux. Il avait aussi travaillé un certain temps comme videur dans une boîte de nuit un peu louche “Le Chat Huant”. Sa soeur fréquentait le même lycée catho que moi, après s’être fait renvoyer du lycée public. Elle me l’avait présenté: tu sais, c’est une grande gueule, mais il a bon coeur. J’étais prête à la croire. Avec lui on ne s’ennuyait pas, virées en discothèques, traffics, embrouilles avec la police, toujours prêt à cogner si un autre gars me faisait de l’oeil. Bien sûr pas trop question de parler philo ou littérature mais on ne peut pas tout avoir. Et moi, fille d’une aide soignante d’origine espagnole, un peu gitane, elle aimait dire, j’avais de l’ambition. Stéphane et moi on s’est aimés pour la première et dernière fois dans un champ de maïs, en plein mois d’août. Bucolique mais douloureux. J’eus peur d’être enceinte, je ne voulais pas gaspiller mon avenir pour si peu de plaisir!

J’étais encore novice dans les jeux de l’amour, j’ignorais comment défendre ma vertu contre les assauts du mâle dominant, savoir entretenir l’envie, le désir, pour bien ferrer la proie. Cela viendrait plus tard.

Ce fut l’été du bac. Au grand soulagement de ma mère, je choisis de meilleures fréquentations, comme Marie-Agnès, la fille du juge de Launey. En apparence du moins car avec sa bande de gosses de riches, on continuait à boire de l’alcool, fumer des joints et sortir en cachette dès qu’on en avait l’occasion. Marie-Agnès sortait avec un binoclard du lycée, promis semblait-il à un brillant avenir. Je rencontrai Jean-Marc, son voisin, âgé d’une trentaine d’années, propriétaire d’une villa de vacances sur notre belle côte de granit rose. D’emblée, il me plut, yeux noirs étirés comme ceux d’un chat, voix suave, élégance discrète, pulls en cachemire, humour un peu British. Il travaillait dans une banque d’affaires à Londres. Il nous parlait en anglais pour nous impressionner et aimait nous raconter des anecdotes de sa vie londonienne. Nous tentions d’imiter son accent en éclatant de rire.

Marie-Agnès et moi faisions nos révisions, allongées dans le jardin de la maison du juge. Le bac approchait à grand pas.

– Qu’est-ce qu’il me gonfle, ce Jean-Marc, soupira mon amie d’un air excédé. Mes parents voudraient que je sorte avec lui. C’est pour ça qu’il passe presque tous les soirs chez nous. Tu ne voudrais pas lui faire changer d’idée? Il ne te plaît pas à toi?

Je haussai les épaules.

– Mais si il te plaît, avoue-le, je l’ai vu tout de suite! Et puis tu es tout à fait son genre de femme, brune, racée… Allez, je t’arrange le coup, tu ne vas pas le regretter. Moi, j’ai déjà Benoît et avec lui c’est du sérieux.

J’avoue que l’idée me tente. Et les hommes mûrs ne me laissent pas indifférente. Peut-être parce que je n’ai pas connu mon père.

Pour la sortie prévue en mer, dans le voilier de Jean-Marc, Marie-Agnès se fit porter pâle. Nous fîmes le tour des Sept Iles, avec leur réserve ornithologique. Nous partageâmes sandwichs aux rillettes de saumon et une bouteille de champagne. Le vent me frappait le visage. Jean Marc me regardait d’un air admiratif: toi au moins, tu as le pied marin. Je riais, un peu grisée par les embruns et le champagne. Nous fîmes escale dans un petit bistrot de pêcheurs. Je feignis de trouver tout cela exotique.

– Tu as un regard mystérieux. Tu m’intrigues beaucoup comme fille.

– Je suis un peu gitane.

– Tu peux me lire les lignes de la main?

– Je peux te prédire l’avenir. Mais pour ça on doit trinquer les yeux dans les yeux.

Il serre ma main dans la sienne. Puis il m’embrasse doucement sur les lèvres.

– Je crois que tu me plais beaucoup petite gitane.

By annagaelle

Rencontre ferroviaire

Leah a toujours aimé les trains. Depuis toute petite elle aime les trains et la France. Elle a pas mal sillonné l’Europe avant sa première année à l’université. En train notamment, sac au dos. Comme elle se sentait libre à cette époque…imageAujourd’hui, elle a le coeur lourd. Elle a commencé depuis quelques mois son année d’études Erasmus à l’Université de Limoges. Elle aime bien cette petite ville de la France profonde. Mais l’Angleterre lui manque, et surtout Peter, l’étudiant aux yeux bleus, au sourire éclatant, dont elle elle tombée éperdument amoureuse. Qui fréquente la même université en Angleterre.. Il est souvent rêveur. Rêveur et utopiste. D’une humeur assez sombre aussi parfois. Mais elle l’aime, elle est accro. Elle n’avait pas prévu de tomber amoureuse. Ça ne faisait pas partie de ses plans. Elle se voyait comme un esprit libre. Elle voulait s’instruire, réussir sa licence, son Bachelor’s Degree, s’inscrire à un Master et trouver une place dans un cabinet d’avocats réputé. Elle aime aussi les bons repas, les soirées entre amis, fumer des joints et jouer de sa séduction. Elle sait qu’elle est belle mais pour l’instant Peter occupe toutes ses pensées. Il se montrait souvent jaloux, il ne l’avait pas vue d’un très bon oeil partir pour la France. Il l’avait serrée dans ses bras: promets-moi que tu me seras fidèle, sweetheart. I couldn’t bear to live without you… You’re my little duck. Tu es mon petit canard…

Un petit canard boiteux qui grelotte de froid. La nuit enveloppe les bâtiment de la gare et Leah tente vainement de se réchauffer. Elle pense aux longues missives qu’ils s’envoyaient. Peter aimait les lettres, il se disait romantique, d’un autre siècle. C’est peut-être cela qui l’attirait chez lui. Ils chattaient parfois aussi sur Internet ou se téléphonaient quand l’envie d’entendre la voix de l’autre se faisait trop forte, même pour échanger des propos anodins.

Et puis les lettres de Peter s’étaient espacées, étaient devenues plus froides. Leah avait frénétiquement tenté de rétablir la connexion. Souvent il ne répondait plus au téléphone ou elle tombait sur son répondeur. Il niait qu’il se fût passé quelque chose. Puis il lui avait expliqué qu’il avait besoin de prendre un peu de recul, qu’il ne savait plus où il en était. Il avait rencontré une fille à une soirée. Elle lui plaisait peut-être, il n’en était pas sûr, il n’était sûr de rien. Leah avait beaucoup pleuré, c’était son premier vrai chagrin d’amour. Et il l’avait rappelée, non, finalement, il tenait toujours à elle, seule la distance était responsable. Si seulement elle n’était pas partie aussi loin. Il avait besoin de la revoir, de la sentir, de la toucher…

Alors elle a décidé de le rejoindre. Elle a pris quelques jours de congé. Elle ne peut pas attendre les vacances. Et elle est là, jeans, baskets et sac à dos dans la gare de Limoges, à attendre le train de nuit qui l’amènera à Paris puis à Londres, où Peter l’attendra, elle l’espère, une bouteille de champagne à la main.

D’ailleurs, elle va lui envoyer un texto pour confirmer les horaires. Pas de chance, son portable est déchargé… Il n’y a pas foule dans ce hall de gare glacial. Ah si, ce jeune homme brun là-bas près du distributeur de boissons. Il lui fait un grand sourire et s’approche d’elle.

– Ça va Mademoiselle? Vous avez l’air un peu perdue.

– C’est juste que je voulais envoyer un texto à mon copain mais mon portable est déchargé.

– Je peux vous prêter mon téléphone si vous voulez. Ce n’est pas un problème.

Elle le regarde plus attentivement. Il a un type arabe, des cheveux très bruns, un visage avenant. Il doit avoir une vingtaine d’années comme elle. Il lui tend son téléphone d’un air insistant.:

– Allez-y, c’est de bon coeur. Vous avez un petit accent. Vous êtes étrangère?

– Oui, anglaise…

Elle essaie d’appeler Peter mais tombe sur son répondeur. Les larmes lui montent aux yeux.

– Ça ne va pas fort, hein? Vous voulez une cigarette?

Il lui roule une cigarette. Ce ne sont pas ses préférées mais elle inhale une longue bouffée. La fumée la réchauffe. Elle a brusquement envie de parler, de sentir quelqu’un à ses côtés.

Un sifflement se fait entendre. Le crissement du train sur les rails dans la ville endormie.

Ils prennent place tous les deux dans un compartiment. Presque naturellement elle le laisse s’asseoir à côté d’elle. Le train, comme le quai de gare, est presque désert. Elle lui demande où il va, ce qu’il fait dans la vie:

– Je vais à Paris crécher chez des potes.

– Chez des quoi? Elle ne comprend pas tout, il a un débit trop rapide et le français de Leah est plus littéraire que familier.

– On peut se tutoyer? Tutoyer, vouvoyer, elle n’a jamais trop compris la différence. Les Français sont bien compliqués.

Il se roule un joint et le lui tend.

– Et toi tu fais quoi?

– Etudiante.

– Ah, étudiante c’est génial ça. Moi aussi, j’aurais aimé suivre des études mais c’était pas trop mon truc. Et au début quand je suis venu d’Algérie je parlais pas trop bien le français.

Il sourit, découvrant des dents très blanches:

– Je t’ai même pas demandé ton nom. Moi, c’est Karim.

– Leah.

– Tu sais que tu es très belle Leah.

Sa voix est chaude est douce. Il lui parle de son enfance en Algérie, de son exil lors des troubles qui ont touché son pays, de son adolescence difficile dans la banlieue de Marseille. Finalement, ils sont tous les deux étrangers, tous les deux un peu exclus. Même au milieu de ses études, même avec Peter, elle s’est toujours sentie un peu seule. Peter qui s’éloigne peu à peu de son esprit…

Ce n’était pourtant pas la première rencontre ferroviaire qu’elle avait faite, mais sa vie paraissait si insouciante alors. Ce bel inconnu il y a trois ans, pendant son année sabbatique avant la fac et Peter dans le train qui la menait à Algesiras. Elle avait décidé de voir le rocher de Gibraltar. Les singes et les dauphins. La côte andalouse inondée de lumière. Prendre le ferry pour Tanger. Et ce jeune surfeur australien aux cheveux délavés. Elle n’avait même pas voulu savoir son nom. Tout de suite, ils s’étaient plu. Tout s’était passé de manière si simple, si fluide. Il lui avait caressé les seins, puis les cuisses, doucement dégrafé son soutien-gorge… Ils s’embrassaient encore et encore dans la chaleur torride de ce mois d’août andalou. Leah avait humé son odeur, ouvert sa braguette et senti son membre dur. Ils s’étaient aimés là, tous les deux, dans ce compartiment désert, d’une manière furtive et complice. Elle s’était rhabillée en riant. Personne ne les avait surpris. Elle sentait qu’il ne la méprisait pas, qu’ils s’étaient donnés l’un à l’autre dans une mutuelle liberté. Même s’ils n’allaient jamais se revoir. Et que c’était peut-être mieux ainsi.

Leah a fermé les yeux. La fatigue, les émotions, les vapeurs du cannabis. Karim lui caresse les cheveux.

– Tu sais, ma copine m’a quitté il y a quelques mois. C’est dur. C’était vraiment ma meuf. On voulait un gosse et tout. Depuis j’ai du mal à arrêter de picoler. J’ai la rage par moments.

– Je peux t’aider tu sais. A deux on est plus fort. Moi aussi, avec Peter, c’est pas la joie. Avec toi je me sens bien.

Elle glisse sa tête contre son épaule… Il se redresse.

– Alors toi aussi tu es comme les autres?

Son ton s’est durci. Soudainement dégrisée, elle lit quelque chose de fou dans son regard.

– Vous êtes toutes les mêmes, toi, elle, toutes des putes, toutes des sales putes!

– Karim, arrête, je veux t’aider. Son ton se fait suppliant maintenant.

– Tu veux baiser maintenant sale chienne, salope, eh bien tu vas voir…

Il lui agrippe les cheveux, tente de l’embrasser de force et de lui tripoter la poitrine. Elle pousse un hurlement, tombe à genou sur le sol. Il la relève et la cloue sur la banquette.

– Karim, arrête, arrête…

Elle se débat de toutes ses forces. Il lui plaque la main contre sa bouche en répétant salope,salope. Elle lutte desespérément pour sa survie. Il lui serre le cou. La dernière chose qu’elle verra, ce sera ce regard de haine et de démence à travers les mugissements du train.

Elle est inconsciente quand il jette son corps par la fenêtre et qu’il vient se briser contre un pylône. Il est 4 heures 10 du matin.

 

 

 

Cocktail bar

J’ai quatorze ans. Je suis la meilleure élève de la classe de seconde, future bête à concours. Mon avenir est  déjà tout tracé. Je serai ingénieur comme mon père ou même polytechnicienne. Ou bien prof de maths comme ma mère. Mais pas dépressive comme elle.Pas en arrêt de travail la moitié du temps et l’autre moitié en HP. Enfermée dans sa chambre à pleurer et à se gaver de médicaments parce qu’elle ne se sent jamais à la hauteur et que pourrait- elle faire, oh que pourrait- elle faire pour s’améliorer? Pour avoir la vie parfaite, le mari parfait, les enfants parfaits, le chien parfait??

Mais moi je suis le futur espoir de la famille. Je serai polytechnicienne ou normalienne ou rien. Je n’ai pas trop le choix. D’ailleurs des désirs je n’en ai pas ou je n’en ai plus. Des amis non plus. Comme j’ai deux ans d’avance sur les autres élèves de ma classe, voire plus pour ceux qui ont repiqué, et pratiquement aucune permission de sortie, les amis proches, ce n’est pas facile. Et puis, désolée d’être un peu snob, leur inculture me gêne. Enfin, tout ça s’arrangera en Normale Sup. Parfois, ils parlent de leurs flirts, de leurs sorties en boîte, de leurs fiestas, c’est un univers étranger, textos, skype ou Facebook. Mais je devrais être fière. Au moins je suis DIFFERENTE. Je fais partie de la future élite, des Happy Few comme dirait Stendhal.

Aujourd’hui, youpi,, j’ai quelques heures de liberté pour aller me promener sur la plage de Trestraou. C’est là qu’on habite, à Perros-Guirec, une grande demeure qui imagesurplombe la corniche. Je me balade le long de l’esplanade oú les petits vieux promenent

eurs caniches et et les surfeurs se retrouvent.. Bon,  c’est vrai, entre les études, les cours de gym et de tennis, les leçons de piano et l’orthodontiste, j’ai pas trop le temps de flâner. Mais là ça tombe bien. J’ai un trou. Pour ne rien faire. Pour observer…

La marée est plutôt basse. Ce n’est pas encore la saison touristique. Les vagues déferlent sur le rivage. Elles font de petite moutons. Je longe les terrasses des cafés. Une rafale me glace le sang. Je m’engouffre dans le premier café venu, le Bahia Club. Plusieurs jeunes sont déjà agglutinés à la terrasse. Je me sens gauche, mal à l’aise et il me reste peu de temps avant de rentrer chez moi. Je m’assieds et commande un coca.  Plusieurs jeunes de mon âge sont assis. Ils viennent du lycée concurrent. Les filles portent des vêtements moulants,ceux que je n’ai pas le droit de porter. Ils rient et parlent fort mais pas de leurs études. Ils paraissent si insouciants. Je voudrais, pour un bref instant, leur ressembler. L’un des garçons entoure l’épaule d’une fille blonde, tres mince, portant un pull noir. Elle s’appuie sur son épaule. Je voudrais tant me sentir aussi légère! Il y avait une fille comme elle dans ma classe, elle s’est fait renvoyer je crois…cool, branchée, populaire, même pas méchante au fond. Elle ous parlait de ses soirées et de ses histoires d’amour. Elle s’appelait Julia. Par moments, j’aurais donné toutes les bonnes notes de la terre pour pouvoir lui ressembler.

Un couple d’Allemands entre deux âge mange un sandwich sur la terrasse.

En face, un jeune homme d’allure très dandy est assis à une table, seul avec son chien. Il semble blasé de tout. Je ne vois pas ses yeux car il porte des lunettes noires. Une mèche rebelle lui retombe sur l’oeil. Il a un teint blafard et de temps en temps caresse son chien. Se prend-il pour Oscar Wilde? Ecrit-il le roman de sa vie ou passe t’il son temps à écumer les boîtes de nuit?

J’observe un autre couple d’amoureux d’une vingtaine d’années en face de moi. L’homme est très brun, de type un peu italien il a les cheveux légèrement ondulés et les yeux tres noirs. Il paraît très sûr de lui. Sa copine est rousse. Elle porte une robe verte, tres courte et apparemment pas de soutien gorge. Elle rit à gorge déployée. Ils paraissent déjà bien éméchés. Le gars lui lance des vannes et elle s’esclaffe à chaque fois. Ça me rappelle un poème de Baudelaire ( quelle pédante je fais, hein?), sur le Vin des Amants. Je devrais les mépriser mais je suis fascinée.

Le type pe bourré porte un toast à la serveuse un peu baba cool avec ses colifichets et sa rose rouge dans les cheveux comme une gitane.

Il embrasse langousement la rouquine en me regardant.

– je vous offre un verre Mademoiselle? Que faites- vous ici? Vous attendez le Prince Charmant?

–  j’observe…

– je prendrais une eau de mer…

la fille rousse pose sa tête sur son épaule. Elle est belle. Soudain j’ai peur de mourir sans avoir connu cet abandon. Je voudrais la serrer dans mes bras.

– je prendrai une eau de mer aussi.

je regarde lal liste des boissons. C’est un mélange de curaçao,de gin et de citron. Je n’ai jamais bu d’alcool sauf des fonds de champagne lors de mariages ou de baptême. Mais le mot curaçao me sonne agréablement à l’oreille. Et je veux un peu de magie. Est- ce que la serveuse acceptera de me servir? Après tout, je parais plus mûre que mon âge.

Je bois, c’est doux et surtout très sucré et me réchauffe agréablement le coeur.

une mémé s’assied à coté de moi et dit bonjour à tous les clients. Elle a une vraie tête d’alcoolique et je ressens une profonde compassion pour elle.

Le couple d’amoureux me demande de les prendre en photo. Ils n’arrêtent pas de rire et de parler en (mauvais) anglais. Heureusement que mes parents ne sont pas là pour entendre leur accent! La jeune fille rousse crise et décroise les jambes façon Sharon Stone. Elle embrasse le jeune homme en répétant c’est mon amoureux c’est mon amoreux avce toi j’irai jusq´au bout du mode!

– c’est promis Sonia, je t’emmenerai en voilier à Valparaiso!

– c’est où Valparaiso?

– au Chili, je lui réponds.

– et tu me feras un bébé, tu me le jures?

Il l’embrasse.

– un autre verre Mademoiselle?

Je suis tentée par l’offre. La tête me tourne un peu. A l’intérieur du bar on peut voir la statue d’un musicien noir qui joue de la trompette, une photo de Che Guevara et une inscription Viva Cuba. Un monde magique s’ouvre brusquement devant moi, un monde chatoyant fait de couleur et de fête, de possibilités infinies. Peut- être qu’un jour le jeune homme au etit chien me sourira, peut-être qu’un jour quelqu’un me trouvera jolie…. Un jour je ne serai plus cette adolescente avec son appareil dentaire et ses fringues ringardes. .. Je serai Sonia, je serai Carmen. Je serai enfin actrice de ma propre vie.

Mais je dois rentrer. Je m’inquiète pour ma mère. Je quitte le bar d’une démarche un peu incertaine. Le vent vivifiant achève de me dégriser.

A la maison je me brosse les dents devant le miroir. J’ai toujours ce goût sucré dans la bouche.

-n’oublie pas ton cours de solfège à six heures… Je reconnais la voix de ma mère, un peu pâteuse à cause du Lexomil. Je voudrais lui dire de ne plus se faire autant de soucis, de profiter de la vie tant qu’il en est encore temps. Je tire la langue. Elle est toute bleue à cause du curaçao.

 

 

 

 

 

 

By annagaelle